J’ai campagne presidentielle a relance le debat autour en necessite de reecrire le roman national.

J’ai campagne presidentielle a relance le debat autour en necessite de reecrire le roman national.

Rassurez-vous, l’ouvrage «L’Histoire mondiale d’la France» repond avec intelligence au defi de raconter une passe dans toute sa complexite. Et notre quiz Afin de tester vos aptitudes.

Temps de lecture: 10 min

On reste desfois atterre avec la meconnaissance des politiques francais quand ils parlent de l’histoire de France: De quelle fai§on peuvent-ils si souvent se reclamer d’une histoire qu’ils connaissent de maniere si approximative? Jean-Francois Cope qui parle du pont d’Arcole en flammes ou bien de Robespierre tel d’un homme qui «guillotinait d’abord et parlait apres»? Jean-Christophe Cambadelis qui parle de Valls et de Hollande comme l’epee et le bouclier, soit une comparaison utilisee avec les defenseurs de Petain Afin de decrire de Gaulle et le vieux marechal? J’ai liste tend par l’infini.

Un sentiment de malaise En plus en plus renforce depuis que, durant la campagne presidentielle, Divers ont affirme vouloir remettre le recit ou le roman national au gout du jour en ecoles. Car a les en croire, si ce pays desespere, si En plus outre jeunes vivent dans la precarite, si les aines ne se portent guere plus, si la colere gronde et si un parti extremiste de droite est arrive au deuxieme tour de la presidentielle, ceci n’est gui?re du fait du chomage de masse, de l’echec des politiques economiques enchainees par l’ensemble des gouvernements successifs depuis trente ans Afin de y remedier, des affaires de corruption qui touchent la classe politique ou de la deconnexion totale entre les elites et le peuple non! C’est parce qu’on ne cause plus de Clovis ainsi que Voltaire a l’ecole, ce qui convenons-en reste bon nombre plus grave –meme si c’est totalement faux.

Une inevitable vision caricaturale?

Comment expliquer cette vision si caricaturale? Par la maniere dont l’enseignement de l’histoire se fait? Certes, du primaire au lycee, des programmes d’histoire sont charges et vous devez aller vite –et n’importe qui ne fait pas des etudes superieures en histoire. L’enseignement de l’histoire avant l’universite est-il Afin de autant caricatural? Certainement gui?re a en lire des programmes. Encore moins a en ecouter 1 professeur d’histoire-geographie, Herve V., interroge a ce theme:

«Avec des classes de 4 e , entre autres, via un thi?me aussi complexe que J’ai Revolution, on reste forcement oblige de prendre des raccourcis. Mais ce qui ne signifie pas que l’on caricature. Quant a l’idee d’effectuer passer votre recit national en classe, ce qui n’a aucun sens. L’histoire reste une science. Certes, on peut parsemer son cours d’histoires (avec un s), d’anecdotes, qui permettront a toutes les eleves de se raccrocher a quelque chose. Mais sur la globalite, un cours ne saurait etre un recit, meme s’il convient naturellement de le structurer et de lui apporter un fil conducteur.»

Renouer d’une nouvelle maniere avec le recit et Notre chronologie, c’est l’audacieux pari d’un livre sorti l’an dernier et qui a fait grand bruit, L’Histoire mondiale en France, sous J’ai direction de Patrick Boucheron, professeur au College de France, specialiste de l’histoire medievale. Reprenant le canevas traditionnelle une chronologie, il se propose d’offrir et cela s’fait Sans compter que avance en matiere de recherche historique. Notre format: 10.000 indices par notice, une date, votre evenement recontextualise, expose, revise via une ou un specialiste du sujet car l’epoque ou une seule personne pouvait pretendre ecrire seul une affaire complete une France est totalement revolue –sauf pour l’immense Lorant Deutsch, bien sur.

Une affaire aux mains de militants haineux?

Preuve s’il en annuler abonnement airg fallait de la rupture d’une partie de l’opinion publique avec une telle approche, la page des remarques des clients d’Amazon.fr donne libre lei§ons a une denonciation de et cela est presente tel la fameuse «bienpensance» d’historiens necessairement «gauchistes» et «biaises», «un manifeste ideologique du politiquement correct», «un recueil de textes ecrit via des militants d’extreme gauche haineux de la France» –et dont beaucoup nous conseillent plutot la lecture de Jacques Bainville – l’historien royaliste et maurassien fond en 1936 etant fort certainement d’une plus grande objectivite. (Raclements de gorge genes)

S’imaginant vraisemblablement cernes par des cohortes d’historiens marxistes qui imposent leurs vues au sein d’ l’integralite des medias, ces internautes ne font que reproduire des vues d’un Jean Sevillia qui tient salon dans les colonnes du Figaro ou nos emportements d’Alain Finkielkraut qui possi?de recemment decrit au micro d’Elisabeth Levy votre livre tel «le breviaire d’une bien-pensance et de la soumission» –mais qui s’est revele moins fringant, Afin de rester poli, face a Patrick Boucheron, directeur de ce livre, lors d’un debat en septembre 2016 via la responsabilite des intellectuels au debat politique.

Soyons bon. L’histoire de France reste complexe, tel toute histoire d’ailleurs, et pour la comprendre, vous devez naturellement alterner les lectures sur moyen long et sur moyen cours, extraire des evenements. Oui, mais jamais sans les sortir pleinement de leur contexte et, au contraire, pour plus des regarder sous l’ensemble de leurs facettes, voire considerer tel des evenements ce qui n’etait pas forcement considere comme tel auparavant. C’est d’ailleurs votre que propose aussi L’Histoire Mondiale une France. Et cela permet aux historiens de rompre, comme l’expose Patrick Boucheron dans le introduction, avec «ce partage des roles qui leur reste De surcroi®t qui plus est defavorable: a toutes les publicistes les facilites narratives d’un recit s’eloignant sans scrupule de l’administration de la preuve, a toutes les historiens des circonvolutions embarrassees pour ramener ce recit aux froides exigences en methode.»

Un regard exterieur est-il une solution?

Il va i?tre souvent complique de voir sa propre histoire. Ca n’est sans doute jamais un hasard si le premier grand ouvrage sorti sur la France de Vichy fut ecrit avec un historien americain, Robert Paxton. Que dire des magnifiques ouvrages publies par Alister Horne sur la defaite francaise en 1940 ou encore sur la bataille de Verdun et ayant fait date a leur sortie. Quant a Beyrouth Franco-Allemande de 1870-1871, pour prendre un soir modi?le, rien n’a en general depasse l’ouvrage de Michael Howard, historien britannique, qui exposait dans l’introduction de le ouvrage (helas jamais traduit) que le statut meme de Britannique lui donnerait deux atouts:

«J’esperais qu’en choisissant une guerre a laquelle mon pays n’avait gui?re commande part, je serais i  mi?me d’en produire une description raisonnablement depourvue d’affect.»